17, avenue Aristide Briand - 68200 Mulhouse

03 69 54 11 64

07 69 39 47 54

Vous êtes ici : Accueil > Nos actions > Ramadan Kareem !

Ramadan Kareem !

Publiée le vendredi 24 avril 2020
image_intro

A l'approche du moi béni du ramadan le moi du jeune, de la solidarité l'humanité et la générosité entre frères et soeurs dans l'islam, le moi du don de la sadaka et la zakat en faveurs des musulmans les plus pauvres en Palestine et dans les Camps de réfugiés qui malheureusement en plus de la pauvreté cette année le covid-19 et le confinement les atteint aussi plus que nous par le manque de travail et moyen financiers

C'est pour cela que l'association le Secours Palestinien/France organise comme chaque année dans ces cuisines alimentaires a Gaza et dans les camps de réfugiés palestiniens la préparation des grands iftars pour 2000 a 2500 repas tout les jours tout au long du moi de ramadan plus les distributions des colis alimentaires avec les produits de première nécessité pour les familles.

LE COÛT D'UN REPAS PAR PERSONNE EST DE 5€
Nous comptons comme toujours sur votre générosité pour pouvoir assurer les besoins pour le maximum de familles dans le besoin.

Participer a notre cagnotte cotizup en ligne :

https://www.cotizup.com/pour-la-palestine-iftars

L’aumône pendant le ramadân a plus de mérites que pendant les autres mois de l’année.

Le Prophète صلى الله عليه وسلم l’a en effet surnommé le moi de la solidarité (muwâsât).

Lui-même était plus généreux à cette occasion qu’un vent fertile.

Selon un hadîth :

« En faisant manger un jeûneur, on rachète ses péchés, on s’affranchit de l’Enfer, et on prend la même récompense que lui sans ne rien diminuer à la sienne. »
Ce texte vante les mérites de l’aumône pendant le Ramadhân.

Elle est d’autant plus méritoire que les gens dans le besoin sont plus éprouvés la journée par la faim et la soif, car ils n’ont pas de quoi se rassasier convenablement. En faisant preuve de générosité envers eux, on les aide ainsi à mieux endurer le jeûne.

En outre, les actes d’adoration accomplis dans des endroits ou périodes méritoires reçoivent une plus grande récompense qu’ailleurs ou qu’en temps normal. Ainsi, les lieux et les périodes méritoires permettent de multiplier la récompense.

Par exemple, la prière à la sainte Mosquée de La Mecque vaut cent mille prières ; et à Médine, elle en vaut mille par rapport aux autres mosquées.
Les périodes méritoires jouissent également de ce privilège.

Le mois de Ramadhân est donc plus à même de recevoir ce mérite.
C’est le mois des bonnes œuvres et des hauts échelons.

Un droit pour eux ne les oublions pas.